Stéfan Kotro, ex-triathlète amateur panaméen...

jeudi 20 juillet 2017

De Briançon au col de l'Izoard...

Réveil à 3h52 dimanche 16 juillet 2017 !! Logé comme un prince dans un chalet surplombant le lac de Serre-Ponçon... le décor est planté... il ne reste plus qu'à pédaler !! ;-)

Dossard 9609, je dois prendre le départ dans le sas 9 mais grâce à un évènement exceptionnel et à la bonne âme de Rod, je réussi à me faufiler dans le sas 0 avec les stars de la pédale !! ^^

7h !! BAMMMM !! Ça démarre à bloc, un peu comme à Longchamp, je regarde le compteur... 50/52 km/h, c'est tout plat et ça envoie du bois !! Je reste dans les roues roues, je vois au loin le premier groupe déjà avec une bonne avance (bordureeeeee !!). Les 25 premiers kilomètres sont parcourus à plus de 45 de moyenne, je pense à deux choses : ne pas prendre trop de vent et m'alimenter. J'ai pris avec moi de quoi tenir les 180 km en autonomie suffisante concernant l'alimentation solide (en détail un peu plus bas) et pour le liquide je ferais des pit-stop.
Km57, nous sommes au pied du col des Demoiselles Coiffées (col de 3ème catégorie), tout va bien, je m'efforce de rester concentré, certains petits groupes reviennent de derrière avec notamment Charlotte Morel, triathlète professionnel licenciée à l'AS Monaco. Nous basculons en direction de Barcelonnette, le rythme a clairement baissé, je me place dans les dernières positions pour admirer le paysage, faire quelques photos et discuter avec un cycliste lillois qui me donnera de précieux conseils.

Au ravitaillement de La Contamine (km112), je décide de m'arrêter pour me libérer d'un besoin pressant et j'en profite pour remplir mes bidons. Je repars rapidement et je me fais reprendre par un petit groupe en direction du col de Vars. Dès les premières pentes je double et vois des mecs collés, je contrôle mon cardio pour ne pas dépasser les 155/160 pulsations. Je reprends Cyril qui me dit qu'il n'est pas au mieux et que Rod n'est pas très loin devant. Je monte le col de Vars (14.2 km, segment Strava) en 53' en variant sur le 25 et le 28, avec une bonne cadence de pédalage (78 rpm) et 151 bpm de moyenne.
 
Dans la descente je ne prends aucun risques, j'essaye de ne pas gêner les bons descendeurs en leur laissant les meilleures trajectoires. Je m'arrête une seconde fois à Guillestre pour à nouveau remplir un bidon, la chaleur commence à faire son effet sur les organismes, j'aperçois pas mal de cyclistes s'arrêter pour manger. Quelques kilomètres plus loin, je vais déguster mes 2 sandwichs briochés au fromage Philadelphia et au jambon : un régal !! ;-)

Je reprends un groupe dans le début des gorges du Guil, ça ne roule pas très vite, j'essaye de prendre un relais mais presque tout le monde souhaite s'économiser pour monter la dernière difficulté. A ce moment là, j'ai les dessous des pieds qui brûlent, je me place en dernière position pour retirer mes chaussettes et asperger mes pieds d'eau.

Le pied du col de l'Izoard approche, je ne suis pas trop émoussé, je me sens pas trop mal mais je redoute les crampes, j'attaque le col sur le même plan d'action que celui de Vars, bonne cadence de pédalage et fréquence cardiaque sous les 160 pulsations. D'un seul coup la chaleur est vraiment importante, je m'arrose abondamment et je m'aperçois que je vais être juste pour terminer la course, je m'arrête prendre de l'eau dans une fontaine à Arvieux. La pente est raide, il n'y a quasi pas d'ombres, c'est dur...

sportograf-104442162

A 5 km de l'arrivée, je commence à faiblir... je suis dans le dur, je décide de ralentir un peu l'allure pour ne pas casser la machine... la casse Déserte approche... à peine le temps de mettre le grand plateau qu'il faut repasser sur le petit.

La ligne d'arrivée est en vue, je regarde le chrono et je me dis que j'ai fais un truc plutôt sympa pour un baltringue de Longchamp, je passe la ligne d'arrivée épuisé et mets quelques minutes avant d'aller me rafraîchir au ravitaillement d'arrivée. Après environ 20' de retour au calme, je démarre la descente vers Briançon pour rejoindre le village d'arrivée et partager un dîner gastronomique avec tous les potes.

Je termine en 6h23, à la 428ème place sur environ 11200 arrivants.
Lien strava : https://www.strava.com/activities/1086102593

Ma nutrition PowerBar sur l'Etape du Tour :

2 barres Energize, 1 barre New Energize, 1 barre Natural Energy Cereal, 3 PowerGel Original (dont 2 avec caffeine), 1 PowerGel Hydro, 1 sachet de 5 PowerGel Shots, 2 bidon de 700ml avec de la poudre Isoactive, 3 bidons de 700ml avec 1 pastille "5 electrolytes" dans chaque bidon.

logo-Powerbar

Les produits ont été assimilés de la façon suivante : alternance d'une barre et d'un gel toutes les 30' et une gorgée de boisson toutes les 15'. Pendant un peu plus d'un mois et demi, j'ai eu l'occasion de tester tous ces produits lors de mes séances d'entraînements mais aussi les produits de récupération.


Un grand merci à Alexandre et à Maud de chez PowerBar pour cette belle aventure ainsi qu'à Jean-Pierre !! Merci à Brice, Cyril, Quentin et les gars de l'aviron pour ce chouette week-end !

Posté par copste à 23:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


vendredi 16 juin 2017

L'Etape du Tour...

Dans 1 mois, j'aurais la chance, grâce à PowerBar, de participer à la prochaine édition de l'Etape du Tour. Cette année, l'étape relie Briançon au Col de l'Izoard en passant par Barcelonette et le Col de Vars, 179 km à parcourir dans ce lieu mythique.

Je n'ai pas fais pas de préparation spécifique pour cette course, le but est malgré tout de rallier l'arrivée sans trop de séquelles. J'ai établi les 3/4 de mes entraînements sur des parcours plutôt plat comme à Longchamp et quelques A/R à vélotaf, on verra si cela portera ses fruits dans les Alpes !! ;-)

etape-du-tour-2017-izoard-vars

Posté par copste à 23:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 4 juin 2017

Testing bike à domicile

Le Paris Bike Festival qui s'est tenu du 12 au 14 mai dernier permettait  d'observer la plupart des grandes marques sur le marché du cycle mais aussi et surtout de tester tout type de vélos (VAE, VTT, VTT e-bike, gravel, cyclo-cross, route,...).

Pour ma part, j'ai pu tester 3 vélos de route équipés de freins à disques : Canyon Aeroad CF SLX Disc 8.0 Di2, Cannondale Supersix Evo Hi-Mod Disc Ultegra Di2, BMC Roadmachine 01 Ultégra Di2.

Alors certes essayer un vélo équipé de freins à disques pendant 30' sur un terrain plat ne pas être totalement objectif mais cela m'a permis d'avoir un premier avis.

La première réflexion que je me suis faite concerne l'intégration, Canyon et plus particulièrement BMC ont fait un super boulot, c'est très propre, rien de dépasse ou presque, alors ok, certains trouvent que les disques alourdissent visuellement la ligne du vélo.

Concernant le plus important, le freinage, j'ai été bluffé par la progressivité et l'efficacité du freinage. Le poids n'interfère en rien sur l'ensemble de la machine, l'axe avant apporte de la rigidité.

Personnellement, j'ai du mal à rouler avec des roues en carbone sous la pluie, je ne suis pas un as en descente et les disques doivent apporter un réel sentiment de sécurité.

Au niveau de l'entretien, le disque perd du terrain face au freins à patins. En revanche, en terme d'usure de jantes c'est l'inverse.

Je ne vois pour ma part et pour mon utilisation personnelle, quasiment que des avantages à rouler en freins à disques, le modèle de chez BMC m'a particulièrement plu.

IMG_1828
BMC Roadmachine

 

 

 

Posté par copste à 22:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 14 mai 2017

Objectif dix mille !

Après avoir presque totalement raccroché les running et le maillot de bain (bon ok je me baigne encore un peu), je me suis lancé en début d'année un objectif de parcourir 10 000 km à vélo. 

Pour certains cyclistes c'est peanuts, pour ma part cela représente un certain engagement.

Cette idée est venue après avoir participé au Rapha 500 Challenge (500 km à parcourir entre le 25 décembre et le 1er janvier).

Le défi est assez bien parti, je totalise à ce jour un peu moins de 4 700 km, mes modestes parcours de vélotaf à VTT y contribue mais ce sont surtout les sorties dominicales sur le célèbre anneau de Longchamp qui augmente significativement le kilométrage.

18422091_10211502474509650_693231570099310964_o
© Gérard Briand 



Posté par copste à 21:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 7 juillet 2015

De Fains à Paris...

Retour sur mes deux dernières courses avant une longue période de jeûne... 

Triathlon M de Fains : campagnard, champêtre, très bonne ambiance sous une chaleur bien présente...

Je fais une natation correcte mais sans vraiment me mettre de travers, un premier tour où je me bagarre avec un gars qui nage à la même vitesse mais qui dévie souvent de la trajectoire idéale. Je sors de l'eau en 19' (manquait environ 150m) à la 11ème position. Un vélo bien maîtrisé avec un départ assez sage puis plus appuyé et gérer au cardio faute de capteur, 1h16 pour les 44.5 km. Gros coup de chaud sur la course à pied après la difficulté du parcours (col de la Muerte), je termine dans le dur les 10 km en 45'.

2h23'55, 7ème au scratch, victoire de mon pote Brice de Fains !! ;-)

2503_3_img_3962

Triathlon M de Paris : finalement je n'ai pas vu le Paris bling-bling annoncé, un parcours vélo roulant (faudrait passer par la côte des Gardes la prochaine fois !!), une très bonne ambiance avec une température idéale après avoir frôlé l'asphyxie...

Plusieurs vagues ont été nécessaires pour lancer les 3 000 concurrents de cette nouvelle édition. Je pars dans la première et choisis de me mettre au milieu du plan d'eau pour nager à ma main. C'est une ligne droite jusqu'à la sortie, pas de bouées mais quelques embûches avec ces algues qui viennent ralentir l'allure.

27453459

23'09 sur la partie natation, je loupe de pas grand chose un pack à cause d'une transition un peu "moyenne" on va dire, sur ce format cela ne pardonne pas. Les 3/4 premiers kilomètres sont fait en compagnie d'Olivier G. puis on revient sur un groupe de 4/5 unités dont Juliette C. alors première féminine. Les relais passent mais c'est un peu décousu, Oliver fait le gros du boulot, certains sont un peu limite et ne peuvent passer devant. Vers le 20ème kilomètre, un gros peloton revient sur nous, composé d'une vingtaine d'unités. Je me laisse glisser à la fin du paquet, ça ne roule pas bien vite. J'en profite pour faire la liste des courses pour le lendemain, je passe un coup de téléphone pour savoir si ma coiffeuse pourra me prendre mardi... ;-)

J'attends le dernier kilomètre pour lancer une attaque mortelle mais un autre gars a senti le coup venir, on part à deux puis trois comme des dingues... Un peu de cyclocross sur une des allées du Champs de Mars avant de rejoindre T2. 1h03 pour boucler le parcours vélo (231 watts de moyenne !!).

En course à pied, j'arrive à courir régulier du début à la fin, je regrette presque qu'il manque un peu de distance (qui sont d'après les spécialistes inclus dans les longues transitions [2x400m] et d'avoir trop "géré". Mais je ne fais pas la fine bouche avec l'absence de travail en course à pied depuis maintenant 3 mois. 37'22 selon l'organisateur, 35'01 avec 8.5 km pour Garmin.

27469561

40ème place en 2h04, mon PB sur la distance, malgré le tarif excessif de cette course, quel pied de rouler et de courir au coeur de Paris.

 

Posté par copste à 00:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]