Réveil à 3h52 dimanche 16 juillet 2017 !! Logé comme un prince dans un chalet surplombant le lac de Serre-Ponçon... le décor est planté... il ne reste plus qu'à pédaler !! ;-)

Dossard 9609, je dois prendre le départ dans le sas 9 mais grâce à un évènement exceptionnel et à la bonne âme de Rod, je réussi à me faufiler dans le sas 0 avec les stars de la pédale !! ^^

7h !! BAMMMM !! Ça démarre à bloc, un peu comme à Longchamp, je regarde le compteur... 50/52 km/h, c'est tout plat et ça envoie du bois !! Je reste dans les roues roues, je vois au loin le premier groupe déjà avec une bonne avance (bordureeeeee !!). Les 25 premiers kilomètres sont parcourus à plus de 45 de moyenne, je pense à deux choses : ne pas prendre trop de vent et m'alimenter. J'ai pris avec moi de quoi tenir les 180 km en autonomie suffisante concernant l'alimentation solide (en détail un peu plus bas) et pour le liquide je ferais des pit-stop.
Km57, nous sommes au pied du col des Demoiselles Coiffées (col de 3ème catégorie), tout va bien, je m'efforce de rester concentré, certains petits groupes reviennent de derrière avec notamment Charlotte Morel, triathlète professionnel licenciée à l'AS Monaco. Nous basculons en direction de Barcelonnette, le rythme a clairement baissé, je me place dans les dernières positions pour admirer le paysage, faire quelques photos et discuter avec un cycliste lillois qui me donnera de précieux conseils.

Au ravitaillement de La Contamine (km112), je décide de m'arrêter pour me libérer d'un besoin pressant et j'en profite pour remplir mes bidons. Je repars rapidement et je me fais reprendre par un petit groupe en direction du col de Vars. Dès les premières pentes je double et vois des mecs collés, je contrôle mon cardio pour ne pas dépasser les 155/160 pulsations. Je reprends Cyril qui me dit qu'il n'est pas au mieux et que Rod n'est pas très loin devant. Je monte le col de Vars (14.2 km, segment Strava) en 53' en variant sur le 25 et le 28, avec une bonne cadence de pédalage (78 rpm) et 151 bpm de moyenne.
 
Dans la descente je ne prends aucun risques, j'essaye de ne pas gêner les bons descendeurs en leur laissant les meilleures trajectoires. Je m'arrête une seconde fois à Guillestre pour à nouveau remplir un bidon, la chaleur commence à faire son effet sur les organismes, j'aperçois pas mal de cyclistes s'arrêter pour manger. Quelques kilomètres plus loin, je vais déguster mes 2 sandwichs briochés au fromage Philadelphia et au jambon : un régal !! ;-)

Je reprends un groupe dans le début des gorges du Guil, ça ne roule pas très vite, j'essaye de prendre un relais mais presque tout le monde souhaite s'économiser pour monter la dernière difficulté. A ce moment là, j'ai les dessous des pieds qui brûlent, je me place en dernière position pour retirer mes chaussettes et asperger mes pieds d'eau.

Le pied du col de l'Izoard approche, je ne suis pas trop émoussé, je me sens pas trop mal mais je redoute les crampes, j'attaque le col sur le même plan d'action que celui de Vars, bonne cadence de pédalage et fréquence cardiaque sous les 160 pulsations. D'un seul coup la chaleur est vraiment importante, je m'arrose abondamment et je m'aperçois que je vais être juste pour terminer la course, je m'arrête prendre de l'eau dans une fontaine à Arvieux. La pente est raide, il n'y a quasi pas d'ombres, c'est dur...

sportograf-104442162

A 5 km de l'arrivée, je commence à faiblir... je suis dans le dur, je décide de ralentir un peu l'allure pour ne pas casser la machine... la casse Déserte approche... à peine le temps de mettre le grand plateau qu'il faut repasser sur le petit.

La ligne d'arrivée est en vue, je regarde le chrono et je me dis que j'ai fais un truc plutôt sympa pour un baltringue de Longchamp, je passe la ligne d'arrivée épuisé et mets quelques minutes avant d'aller me rafraîchir au ravitaillement d'arrivée. Après environ 20' de retour au calme, je démarre la descente vers Briançon pour rejoindre le village d'arrivée et partager un dîner gastronomique avec tous les potes.

Je termine en 6h23, à la 428ème place sur environ 11200 arrivants.
Lien strava : https://www.strava.com/activities/1086102593

Ma nutrition PowerBar sur l'Etape du Tour :

2 barres Energize, 1 barre New Energize, 1 barre Natural Energy Cereal, 3 PowerGel Original (dont 2 avec caffeine), 1 PowerGel Hydro, 1 sachet de 5 PowerGel Shots, 2 bidon de 700ml avec de la poudre Isoactive, 3 bidons de 700ml avec 1 pastille "5 electrolytes" dans chaque bidon.

logo-Powerbar

Les produits ont été assimilés de la façon suivante : alternance d'une barre et d'un gel toutes les 30' et une gorgée de boisson toutes les 15'. Pendant un peu plus d'un mois et demi, j'ai eu l'occasion de tester tous ces produits lors de mes séances d'entraînements mais aussi les produits de récupération.


Un grand merci à Alexandre et à Maud de chez PowerBar pour cette belle aventure ainsi qu'à Jean-Pierre !! Merci à Brice, Cyril, Quentin et les gars de l'aviron pour ce chouette week-end !