Deauville, ses planches, son casino, ses hôtels de luxe, ses bagnoles à 100 000€ à chaque coin de rue, son festival du cinéma américain, son bassin olympique à l'eau de mer et... son triathlon.

C'est ma première participation, je connais un peu le coin pour y passer quelques week-end en famille de temps en temps. Mais je ne connaissais pas le parcours à vélo concocté par l'organisation. J'ai profité d'un passage en Normandie 15 jours avant la course pour le découvrir en compagnie d'une bande de copains qui commencent à mordre dans ce sport.

Après avoir avalé les 40 km que constitue le premier tour du parcours, je me suis dit : mon coco va pas falloir trop donner sinon tu vas finir la course en rampant... ;-)

Ensuite se pose la question du matos : vélo de tri ou vélo de cyclo, roues légères ou profilées bref, que des trucs de triathlètes... et le genre de question que tu ne te poses pas quand tu n'as qu'un seul vélo ou lorsque tu es sûr de toi.

Le problème avec un mec comme moi (signe de la Balance pour ne rien arranger), c'est qu'après avoir reconnu une seconde fois le parcours à une vitesse un peu plus élevée, je me suis dis : "il y a quand même des petites portions roulantes où être sur les rajoutes ça peut être avantageux".

Mais voilà, cette année, c'est pas trop la grosse motivation, la guérison de ma blessure à la hanche prends plus de temps que prévu, les entraînements à pied sont très light, un certain détachement s'installe, je suis moins "à bloc" que les années précédentes.

Cependant pour reprendre l'expression d'un copain : "la pression peut être inhibitrice de la performance" et à priori c'est ce qu'il s'est passé.

J'ai donc pris le départ avec une combinaison (faut pas déconner quand même), un vélo de cycliste assez basique (sans prolongateurs) avec des roues à pneus de 35mm et pour la course à pied, je me suis fait le luxe d'essayer une paire de Hoka One One : les Huaka !! ;-)

Départ natation sur la plage en troisième ligne, après 50 mètres de sprint sur le sable, on arrive dans l'eau (à 16°), le but est de passer les vagues pour essayer de poser sa nage et de ne pas trop dévier de la bonne trajectoire à cause du courant. Je m'en sors pas trop mal en terme de "navigation" malgré la houle. La partie entre les deux bouées est assez rapide grâce au courant, en revanche le retour sur la terre ferme à l'endroit de la sortie à l'australienne est un peu plus complexe, il faut savoir jouer encore une fois avec le courant. Je sors de l'eau en 30'47, à la 17ème position.

IMG_5788 - copie

C'est parti pour le vélo où je pars assez "tranquillement", je monte la côte de St Laurent tout à gauche (39x25), grosse gestion dans le premier tour pour ne pas me flinguer, pas mal de gars me doublent sur les parties plates, j'en reprends certains dès que cela remonte notamment sur la côte de Roeux. Grâce au capteur de puissance, je gère correctement le premier tour, je suis à 260 watts de moyenne.

Sur le second tour, j'ai l'impression d'être plus à l'aise, plus à l'attaque, je suivrais pendant quelques kilomètres la deuxième féminine mais je me ferais lâché juste après la côte de Roeux. Je ferais le yoyo avec un groupe de 3 triathlètes que je lâcherais dans les derniers kilomètres. Sur cette partie vélo, j'étais eu auto-suffisance complète avec 2 bidons de 750ml de boisson isotonique, 1 barre et 2 gels liquide High5. Données vélo : 80.6 km, 1000 D+, 2h30, 139 bpm/256 watts (290 watts de NP). Je suis 47ème quand je pose le vélo (70ème temps, -30 places) et 53ème lorsque je quitte T2.

IMG_5867 - copie

Je pars sur la course à pied avec de bonnes sensations, un petit stop & go au bout de 200m pour réajuster un serrage sur les Huaka et c'est parti. Je suis prudent car je n'ai véritablement pas trop de repères, ma dernière sortie de plus d'1h remonte à quasi deux mois. Malgré tout je me sens pas mal du tout, les Hoka sont assez dynamiques et j'ai l'impression que ma foulée est assez propre. Je ne regarde pas trop ma montre, je cours plutôt aux sensations, j'observe malgré tout de temps en temps du coin de l'oeil la moyenne pour m'apercevoir qu'au fil des tours elle ne faiblit que légèrement. Je prends bien soin de prendre un verre de coca tous les 2 ravitaillements et de m'asperger d'eau à chaque fois que je le peux.

IMG_5907 - copie

Les tours s'enchaînent, je me dis que si je ne faiblis pas je vais réussir à faire un petit truc assez sympa, ça tiens le coup pour de bon, le dernier kilomètre est couru en compagnie de Jean-Baptiste M. avec qui on échange 2/3 mots. Les 21.1 km sont couru en 1h31/155 bpm/162 ppm, (36ème temps, +24 places).

29ème en 4h36'45 sur un peu plus de 800 finishers, assez content de moi même si forcément j'entends dans mes oreilles (et pourquoi tu n'as pas pris le vélo de chrono !!! ;-)

Prochaine course dimanche prochain à Vernon pour un triathlon par équipe, ça je kiffe !!! ;-)